Afrique
Mort d’une ancienne gloire

da Sylveira Adjé Emilvi s’en est allé

L’ancien international togolais et ancien ailier droit des Aiglons de Lomé, da Sylveira Adjé, n’est plus. Il a rendu l’âme au CHU Tokoin à Lomé le mercredi 19 octobre 2016. Il avait 61 ans…

da Sylveira Adjé, au temps où il évoluait au sein de Hirondelle FC (une des pépinières de Racing Club de Lomé), était considéré comme le plus doué, le plus technique des jeunes milieux de terrain. Fin dribbleur, il avait, au début de des années 1970 une vitesse qu’il conjuguait avec une vision de jeu assez déconcertante pour ses adversaires. C’était une âme bien née…

Cependant, c’est à partir de 1974 que le grand public fit la découverte de « Emilvi », un type de milieu de terrain pas du tout connu avant. Précision dans les passes, dribbles faciles, amortis en pleine course. Il évoluait à cette époque au sein de Lomé II, et formait avec Agbétrobou Délali (actuel coach de l’Asfosa) un tandem tout simplement formidable. La preuve, pour leur première grande saison ensemble, ils conduisirent le club Lomé II au titre de vice champion du Togo. Ce qui leur donna le droit de disputer à Dakar la première phase finale de la Coupe Eyadéma de l’UFOA en 1975. Un tournoi remporté par l’ASFA du Sénégal.

Une deuxième réforme sportive au Togo l’obligea à changer de couleur. Il se retrouva alors au service des « Bleus » de la zone commerciale, Aiglons de Lomé. Cette nouvelle situation n’avait rien soustrait de son talent. Puisque celui qu’on avait surnommé entre-temps Platini, sut garder sa place en sélection nationale. Ses convocations pour servir le Onze National, devinrent plus régulières. Presque éternelles ! Puisque, de 1977 à 1988, plus d’une décennie durant, il officia en tant que milieu de terrain tournant d’abord, et ensuite, en tant qu’ailier…gauche. Ce type de joueur, la nature n’en fabrique peut-être plus. Pour la simple raison que ni Charles Ayivi Fandalor ni Oscar Anthony ni Karim Ibrahim, encore moins Gotlieb Goëller, tous sélectionneurs n’avaient pu se passer de ses services entre 1977 et 1988.

Amortis, dribbles et centres précis en pleine course, contrôle de balle d’une grande élégance, déhanchements étourdissants pour l’adversaire, il avait une panoplie de gestes et de créations auxquels il soumettait ses gardes de corps. Il était unique, da Sylveira Adjé, et il le restera encore longtemps dans les souvenirs de ceux qui l’ont connu et aimé. Ah oui, beaucoup l’aimaient pour sa classe. Même ses adversaires. Tellement il était beau à voir balle au pied.

Sa dernière sortie sur une pelouse devant le public, il l’a faite, il y a seulement…quatre mois au stade de l’Asfosa à Ablogamé. Les anciens joueurs togolais vivant en Europe étaient face à leurs homologues restés au pays. L’artiste avait alors récité une dernière fois quelques gammes du génie qu’il était. Sans le savoir, c’était comme un dernier hommage que ce public lui rendait en présence de ses anciens partenaires de la sélection nationale, Sounou Mawouli, Boukari Sadou et autres…des hommes avec qui il avait écrit l’une des grandes pages de l’histoire du football togolais : la qualification pour la CAN 1984 après 12 longues années d’absence.

Le feu follet des Bleus avait disputé toutes les rencontres des éliminatoires sous la conduite de Goetlieb Goëller. Avec pour victime, la Sierra-Leone lors des préliminaires (3-0 et 1-0), ensuite lors du premier tour contre la Guinée (1-0 et 2-0) ; puis face à l’Ethiopie (1-2 et 3-0) au tour final. En phase finale de cette CAN organisée par la Côte d’Ivoire, le Togo n’avait pas eu la même réussite que celle qu’elle a eue quatre années plus tôt en remportant devant le président Houphouët Boigny, la Coupe du 20e anniversaire de l’Entente. Ce, devant les Eléphants de Côte d’Ivoire en finale (1-0), et au détriment d’autres pays comme le Bénin, le Niger, et la Haute Volta (Burkina-Faso). Da Sylveira Adjé y était. Une demi-finale de la coupe de l’UFOA, de nombreux titres de vice champions et pleins de trophées (Coupe Sarakawa, coupe du Togo etc…) faisaient partie des pêches du frère cadet de l’autre regretté da Sylveira Adjévi. Un autre ancien « Bleu », défenseur central de la sélection nationale togolaise entre 1967 et 1977.